1975: L'innocente


L'innocent (le fils de Tullio et Teresa) et la mère de Tullio (Rina Morelli)

Ce recueil de textes est extrait du Dossier de presse de la filmographie viscontienne, paru dans la revue Cinéma 76, numéro 211.
 

"    L'erreur de beaucoup de gens c'est de confondre d'Annunzio et le d'annunzianisme. Le d'annuzianisme est décadent, laid, monstrueux. Espérons qu'il ne reviendra pas à la mode, ce serait entre autres très dangereux: ses théories de surhomme ont même servi à Mussolini... L'innocente est l'histoire de la désagrégation, non seulement d'une famille, mais également d'une certaine société et d'une certaine italie."

Luchino Visconti

    Visconti a eu beau modifier la fin du livre et gommer le caractère nietzschéen du principal personnage, il est resté pour l'essentiel prisonnier (et prisonnier volontaire) d'un récit dont il faut bien dire que la sottise et les outrances n'ont guère plus de significations psychologiques, ou morales qu'une pièce de Porto-Riche ou un tableau de Bonnard.

(Jean de Baroncelli. Le Monde 16 mai 76)

    Visconti (...) détourne le mélodrame mondain, qui lui devient un prétexte pour peindre une société qui n'existe plus que par la représentation d'elle-même qu'elle se donne à elle-même (...) et dont la puissante présence accordée par Visconti au décor et aux objets qui l'occupent accroît l'étouffante pression. Les autres n'interviennent dans ce monde verrouillé que par le truchement de la servilité. Le seul métier, la seule fonction plutôt: domestique. Le peuple n'est qu'un bruit qu'on fait à peine courir.

(Jean-Louis Bory. Le Nouvel Observateur.)

    Il est banal d'exalter ici la magie de la caméra de Visconti et de son décor. D'emblée, on reconnaît dans les premières images son étonnante faculté de peintre d'une société révolue. Pour L'innocent c'est en véritable témoin d'une époque dont il a connu les derniers soubresauts que Visconti nous parle. N'a-t-il pas rêvé toute sa vie de filmer d'Annunzio? N'était-il pas quelque part, au terme de son existence, et après ses trois derniers films, arrivé â une vision tout aussi suicidaire?

Henri Chapier. Le Quotidien de Paris

Pour retourner au menu Textes et critiques concernant le film "L'innocent".

Pour retourner au menu Luchino Visconti.