1962: Boccacio 70
(Boccace 70)
Troisième Sketch: Il lavoro (Le travail)


Pupe (Romy Schneider) sur son lieu de travail

Ce recueil de textes est extrait du Dossier de presse de la filmographie viscontienne, paru dans la revue Cinéma 76, numéro 211.

"    C'est une chose que j'aime beaucoup. Je crois que c'est une esquisse du caractère d'une petite femme moderne comme j'en connais tant, surtout dans la société milanaise, une femme moderne qui donne vraiment énormément d'importance à tout ce qui est argent, luxe, voiture, loge à la Scala et tout ça, et n'accorde aucun intérêt à tout ce qui est très important. On m'avait reproché qu'à la fin elle ait un moment d'émotion. Je trouve aussi que c'est très conséquent avec le personnage; le moment où elle se sent presqu'offensée de ce que son mari la paye, et c'est un moment de pitié sur elle-même, pas du tout sur la situation en général, à laquelle elle ne comprend rien."

Luchino Visconti, Cahiers du Cinéma n°171

     Les deux tendances de Visconti - baroque, réaliste - ici se rejoignent. Non dans leur mutuelle réflexion, mais sur un plan statique où chacune semble n'être que la perversion de l'autre, ce que concrétise le décor.
(Michel Delahaye. cahiers du Cinéma n°137)

     Le jeu subtil des couleurs - encore plus extraordinaire que dans Senso - aux tonalités brunes et ocres, tonalités d'automne où ce qui est en train de pourrir se pare d'un dernier éclat somptueux, devient l'agent d'une tragédie ironique; par la volonté de Visconti, le déshabillage puis le coucher de la mariée de vaudeville, se transforme en la cérémonie d'un suicide moral.
(Cahiers du Cinéma n°132)

     Etrange incompréhension, poignante désunion des couples sur laquelle Visconti, en une langue admirable et sans bavures, la langue drue et serrée de la nouvelle, jette les lumières du moraliste. Il le fait toutefois non en romancier ou en poète, mais en homme de cinéma. Plus que Senso, plus que Nuits blanches, son conte galant nous concerne tous.
(Michel Mesnil. Études Cinématographiques n°26-27)

 
 Pour retourner au menu Textes et critiques concernant le film "Boccace 70".

Pour retourner au menu Luchino Visconti.