Le notti bianche, 1957
(Nuits blanches)

par Freddy Buache


Natalia (Maria Schell) et Mario (Marcello Mastroiani) errent dans la ville nocturne.

Ce texte est extrait de l'ouvrage "Le cinéma italien (1945-1979)" par Freddy Buache, disponible dans son édition la plus récente aux éditions de L'âge d'homme.

"    Sur les thèmes de l'amour, de l'attente, de l'enchantement et du désenchantement, Visconti, d'abord, ensorcelle un lieu: une place et son petit pont, se livrant à une véritable chorégraphie des sentiments. La danse, d'ailleurs, occupe le centre de ce récit très doux qu'anime souterrainement la violence du souvenir. Dans un décor planté, par le biais de lumières admirablement accordées aux climats, Visconti peint les élans et les infortunes du cœur en un poème qu'il inscrit dans la tradition du Kammerspiel et qui lui fait gagner des hauteurs où l'on ne rencontre guère que le Murnau de L'Aurore pour faire se joindre à ce point la simplicité de la représentation et l'effusion passionnelle."

Pour retourner au menu Textes et critiques concernant "Nuits blanches".

Pour retourner au menu Luchino Visconti.